Découvrez sans tarder les ateliers !
Je découvre
Envie de vous former en illimité et gratuitement ?
Je découvre les Ateliers Gazouyi Pro

Parent préféré : Que Faire quand Bébé préfère Votre Conjoint ?

Développement
Maman tenant un enfant dans ses bras
Parent préféré : Que Faire quand Bébé préfère Votre Conjoint ?

🤔 Depuis quelque temps, vous avez remarqué que votre enfant se tourne systématiquement vers votre partenaire en cas de petit bobo ou grosse frayeur ? Il vous donne l’impression que celui-ci est le celui avec lequel il se sent le plus en sécurité ? C’est peut-être effectivement le cas, et cela arrive assez fréquemment. En effet, entre l’âge de 2 et 5 ans un enfant peut paraître plus proche de l’un de ses deux parents. Et même si cela est souvent difficile à vivre pour le parent rejeté, c’est une étape tout à fait normale de son développement. Alors pourquoi cela arrive, et comment appréhender la situation ?

Tout d’abord, il faut savoir que le fait que votre partenaire soit le parent avec lequel votre enfant est le plus proche, ne signifie pas que vous êtes un mauvais parent, ni que votre enfant vous aime moins. L’enfant développe au fil du temps sa personnalité et par la même occasion les affinités qu’il a avec les personnes qui l’entourent, y compris vous. Cela peut être une question de caractère ! 👦💭

Il se peut d’ailleurs que cette préférence alterne entre vous et votre conjoint sur le long terme.

Dépendant des enfants, l’attention et de l’empathie que vous lui portez peut jouer un rôle dans ce rapprochement. Si dans votre rôle de parent, vous faites preuve de plus d’autorité, votre enfant pourrait peut-être avoir tendance à se tourner vers l’autre parent s’il fait preuve de plus d’empathie (même si cela ne veut pas dire qu’un l’un ou l’autre agit mal).
De même, il ira plus souvent vers le parent qui a le temps de partager plus d’activités avec lui, ou si les moments partagés sont de meilleure qualité. 🧩🎨

Parfois il peut même n’y avoir aucune raison apparente, il s’agit simplement d’une étape de son développement, qui est complètement naturelle.
🤷 Comment traverser cette période ?
Malgré le fait que cette crise passagère soit une étape normale, il est tout aussi normal que cela vous affecte profondément. En effet, le sentiment de rejet et l’impression de na pas être à la hauteur peuvent survenir. De même que le parent préféré puisse ressentir de la culpabilité vis-à-vis du parent rejeté, et de l’épuisement d’être le seul sollicité par l’enfant au quotidien.

Pour rendre la situation plus confortable voici quelques solutions à appliquer :

💆 💆‍♂‍ Premièrement, se montrer patient et compréhensif, si vous subissez le rejet de votre enfant, ne forcez pas les gestes d’affection, ne faites pas de reproches. Essayez plutôt de transformer la situation en jeu, s’il est réceptif et vous pouvez tenter de lui faire comprendre que vous l’aimez par d’autres moyens.

👨‍👦 Renforcer le lien d’affection en s’intéressant aux activités qui attirent votre enfant, soyez présent autant que possible pour lui. Il est possible que votre emploi du temps ou une garde partagée ne vous permette pas de passer autant de temps que vous le voudriez avec votre enfant, dans ce cas, ne culpabilisez pas, trouvez plutôt un rituel à mettre en place avec lui, une routine, par exemple un histoire le soir, ou le petit déjeuner. Il faudra aussi lui faire comprendre qu’il doit accepter que ce ne soit pas toujours le même parent qui s’occupe de lui.

👫 Enfin, il est important de vous soutenir mutuellement, en tant que parents. Parlez-en à votre partenaire, exprimez-lui votre ressenti. Vous pourrez tenter d’équilibrer les temps partagés avec chacun, et vous accorder sur les règles éducatives que vous souhaitez appliquer, pour éviter la situation : méchant parent/ gentil parent. Si cela vous parait possible, une légère prise de distance du « parent préféré » pourrait être mise en place, afin de laisser plus de place à l’autre.

👩‍⚕‍ Et si malgré tous ces ajustements, la situation devient ou reste invivable pour vous, une consultation avec un professionnel (par exemple un psychologue) peut être envisagée. Dans tous les cas, gardez en tête que cette préférence que votre enfant aura développée, n’est pas votre faute et s’estompera en grandissant !

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à consulter cet autre article : https://www.pro.gazouyi.com/articles-de-blog/limpact-de-lere-numerique-sur-les-jeunes-enfants