Découvrez sans tarder les ateliers !
Je découvre
Envie de vous former en illimité et gratuitement ?
Je découvre les Ateliers Gazouyi Pro

Motricité Libre : Intérêt et Fonctionnement de la méthode Emmi Pikler

Motricité Libre : Intérêt et Fonctionnement de la méthode Emmi Pikler
La motricité libre est un concept de liberté de mouvement des enfants
Motricité Libre : Intérêt et Fonctionnement de la méthode Emmi Pikler

Motricité Libre : Intérêt et Fonctionnement de la méthode Emmi Pikler

La motricité libre est un concept de développement du bébé centré sur la liberté de mouvement de l’enfant et son développement autonome. Développée par la pédiatre Emmi Pikler, cette méthode est plébiscitée par un grand nombre de parents et de professionnels de l’enfance, dont les assmats.

Toutefois, avant de commencer à mettre en place une motricité libre chez son bébé, il est nécessaire de bien la comprendre. En effet, il existe certaines lignes directrices à suivre pour garantir un bon développement : âge de début, bienfaits, mise en place à la maison ou en assmat, il est essentiel de bien connaître la motricité libre.

Vous êtes intéressés par la motricité libre et souhaitez savoir comment elle fonctionne ? Gazouyi vous explique tout sur la motricité d’Emmi Pikler, et comment la mettre en place :

-         Quel est le principe de la motricité libre ?

-         Quel est l'objectif de la motricité d’Emmi Pikler ?

-         Quels sont les bienfaits de la motricité libre ?

-         Quand commencer la motricité libre ?

-         Comment favoriser la motricité libre à la maison ?

-         Les limites de la motricité d’Emmi Pikler

La motricité libre est un concept mis en place par la pédiatre Emmi Pikler

 

Quel est le principe de la motricité libre ?

 

La motricité libre est un concept éducatif qui consiste à laisser le bébé ou l’enfant profiter d’une liberté totale de ses mouvements pour se développer à son rythme. Aussi appelé motricité spontanée, ce principe laisse l’enfant explorer son corps et son environnement en toute confiance, sans entrave de la part des parents ou d’un adulte.

La première année de l’enfant étant vitale pour son développement tant moteur qu’émotionnel, il est nécessaire de lui garantir un environnement libre et sécurisé, pour apprendre à se connaître et à connaître le monde qui l’entoure. C’est dans cette liberté d’apprentissage et de construction de soi que se place la motricité libre du bébé et de l’enfant.

Ce concept a été mis en place dans les années 60 par le Dr Emmi Pikler, une pédiatre hongroise. Elle a mis cette théorie d’évolution libre en pratique dans son institut de Loczy, confirmant sa théorie que tous les enfants (à l’exception de ceux atteints de certains troubles) acquéraient et maîtrisaient naturellement chaque étape de leur développement moteur, et ce, dans un ordre précis : se retourner, ramper, s’asseoir, se tenir debout, etc.

Emmi Pikler découvre également que cette liberté de mouvement et de développement donnée aux enfants améliore leur estime de soi et leur apporte un certain sentiment d’accomplissement. Reprise en France dans les années 70, la motricité libre de Pikler fait aujourd’hui partie intégrante des projets pédagogiques actuels dans les crèches, chez les assistantes maternelles et dans les MAM.

 

Quel est l’objectif de la motricité d’Emmi Pikler ?

 

L’objectif de la motricité libre est de laisser l’enfant explorer son corps, ses mouvements et son environnement lui-même et à son rythme, pour maîtriser par lui-même les étapes de son développement tant moteur (posture, coordination) que psychomoteur(développement de l’intellectuel, du comportement, des sens, etc.).

Ce concept d’Emmi Pikler vise de même à développer le sens de l’autonomie chez l’enfant, qui apprend à explorer et à se développer seul. Il expérimente, apprend ce qu’il peut ou ne peut pas faire, teste les limites de son corps, et surmonte lui-même les obstacles présents (que ce soit une texture nouvelle, son propre corps ou un coussin sur le chemin).

Le but est donc d’offrir les meilleures conditions de développement et d’apprentissage moteur de l’enfant, en privilégiant l’autonomie, ainsi que l’espace et le temps nécessaire pour se développer et gagner en confiance. Cependant, la motricité d’Emmi Pikler ne vise pas l’accomplissement d’un but, mais bien la mise en place d’un processus de découverte et d’aventure pour l’enfant.

Enfin, la motricité libre vise à montrer aux parents qu’il n’y a pas de rythme normal de développement de l’enfant et à avoir confiance en leur enfant en lui donnant sa liberté. En effet, par peur de ‘‘lenteur’’ de développement, certains parents peuvent crisper ou bloquer l’enfant en lui faisant adopter des positions ou des comportements qu’il ne maîtrise pas encore (manque de confiance ou de maturité musculaire), pouvant entraver son développement naturel.

La motricité libre chez le bébé est très importante pour son développement

Quels sont les bienfaits de la motricité libre ?

 

D’après les recherches d’Emmi Pikler, la motricité libre du bébé et de l’enfant apporterait de nombreux bienfaits moteurs et émotionnels, à court terme comme à long terme : contrôle musculaire, autonomie, confiance et estime de soi, sécurité, sentiment accomplissement, créativité, persévérance, etc :

 

-         Liberté de mouvement :l’enfant découvre par lui-même le monde qui l’entoure et l’explore de manière autonome : bouger dans l’espace, toucher, saisir, goûter, ressentir(formes, goûts, textures), etc. Cette liberté peut favoriser sa créativité et son esprit d’initiative, l’encourageant à explorer toujours plus, apprenant en même temps à mieux évaluer et gérer les risques autour de lui.

 

-         Sentiment d’accomplissement : acteur de son développement, l’enfant peut expérimenter de nouvelles positions (sur le côté, sur le ventre, à quatre pattes, etc.) et devenir confiant dans son corps et dans ses gestes. Découvrant ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas, il apprend la patience et la persévérance, obtenant un sentiment d’accomplissement dès qu’il passe un palier de développement.

 

-         Confiance en soi :sur le long terme, les professionnels estiment que la motricité libre permettrait d’être plus facilement à l’aise dans son corps et d’avoir plus confiance en soi, envers les autres et en son environnement. Ils estiment aussi que l’enfant développera plus facilement un sentiment d’autonomie et d’indépendance, notamment vis-à-vis de ses parents.

 

-         Pour les parents, la motricité libre permet de montrer que chaque enfant est différent et dispose de son propre rythme d’apprentissage et de développement moteur. Rejetant l’idée d’un schéma et d’une vitesse de développement figé, cela permet d’aider l’adulte à respecter son enfant tel qu’il est et de développer une relation de confiance entre les deux.

 

Quand commencer la motricité libre ?

 

La motricité libre peut commencer dès les premiers mois suivant la naissance, vers3 – 4 mois, jusqu’à ce que l’enfant réussisse à marcher sans aide. On décompose le développement de l’enfant selon la motricité d’Emmi Pikler en 5 grandes étapes, sur une période d’environ 12 mois :

-         Position allongée sur le dos,

-         Retournement et position sur le ventre,

-         Rampe et position en équilibre à 4 pattes

-         Position assise

-         Position debout puis marche.

 

Comment favoriser la motricité libre à la maison ?

 

Si vous souhaitez mettre en pratique la motricité libre avec votre enfant, il est nécessaire de suivre quelques indications afin de vous assurer d’offrir un environnement de développement sûr et sécurisé. Il s’agit donc de mettre en place un environnement adapté et d’offrir une sécurité morale et affective forte à l’enfant.

 

La mise en place d’un environnement adapté à chaque étape

 

Afin de favoriser au maximum la motricité libre de votre enfant, il faut mettre à sa disposition un environnement d’éveil et d’apprentissage adapté à chaque étape de son développement : objets en bois et en tissu, jouets qui roulent, instruments de musique, ballons, jeux de construction, etc. Si vous êtes assistant maternel, cela passe par l’aménagement de votre logement d’assmat.

Jusqu’à 3– 4 mois, la motricité libre de Pikler recommande de porter régulièrement le bébé contre soi, en position fœtale en enroulant son bassin (récréant sa posture dans le ventre de sa mère), pour offrir une base solide de développement.

Vers 3 –4 mois, quand sa curiosité et son désir d’exploration apparaissent, il est recommandé d'installer le bébé sur le dos, sur un tapis ferme, et de disposer des jouets en arc-en-ciel au-dessus de sa tête. Ces jeux et activités sensoriels l’encouragent à lever ses bras et à tenter d’attraper les objets. Bougeant et utilisant de plus en plus son bassin, il va alors apprendre à se tourner et à se retourner.

Lorsqu’il a appris à se retourner sur le ventre et à se déplacer légèrement, la méthode d’Emmi Pikler recommande de créer un espace d’exploration assez large. Cet espace pourra être composé de tapis fermes (pour prendre appui) variés de différentes formes et textures, de jouets d’éveils qu’il pourra saisir et goûter, etc, qui favorisent le développement de ses capacités psychomotrices. Il ne faut cependant pas disposer trop de jouets, pour ne pas disperser son attention et sa concentration.

Lorsqu’il sait ramper ou se mettre en équilibre à quatre pattes, il faut agrandir son espace d’exploration et installer des petits obstacles sur son parcours (ballons, tunnels, cartons, des coussins, etc). Ces nouvelles activités lui permettent de tester de nouveaux déplacements et de réfléchir à comment se mouvoir dans ce parcours.

Enfin, lorsqu’il a appris à se mettre debout et apprend à se déplacer, il est recommandé de lui proposer des petits meubles(bureau, chaise, table, draisienne, poussette en jouet) pour prendre appui et tenter ses premiers pas. Ces points d’appui vont l’aider à renforcer son équilibre, à prendre confiance en ses mouvements et à améliorer sa fluidité de mouvement, jusqu’à ce qu’il marche.

La motricité libre nécessite un environnement encourageant et sécurisé

La mise en place d’un environnement sécurisé

 

Pour favoriser la motricité libre de l’enfant, il faut, en plus d’installer un espace de jeu et d’exploration adapté à son âge et à ses capacités, garantir un espace sécurisé. Lorsqu’il commence à se déplacer librement, il faut ainsi installer des tapis de différentes couleurs et textures, des coussins, pour amortir les chutes. À l’inverse, il faut retirer tout ce qui est fragile(ou le mettre en hauteur), sécuriser les coins de meubles, cacher les prises, bloquer les radiateurs, etc, pour éviter le risque d’accidents.

Pour vous assurer que l’enfant est à l’aise dans ses mouvements et puisse se mouvoir sans problème, il faut privilégier les vêtements confortables, légers et pas trop amples. De plus, il faut favoriser les pieds nus en intérieur, qui permettent à l’enfant d’avoir de meilleurs appuis et de gagner en tonicité musculaire. En extérieur, il faudra alors opter pour des chaussons souples.

 

L’accompagnement moral et affectif de l’adulte

 

Si la motricité libre du bébé et de l’enfant privilégie l’autonomie, sans action directe des parents, ces derniers conservent un rôle très important : celui d’accompagner l’enfant dans son développement. Montrer sa présence, surveiller, guider et encourager est essentiel pour garantir une sécurité affective et créer cette confiance entre le parent et l’enfant.

Le rôle des parents est donc d’offrir une aide morale et affective, encourageant les tentatives, récompensant les réussites et les seuils atteints, et montrer de manière générale qu’ils font confiance à leur enfant. Les parents sont également là pour surveiller leur enfant et s’assurer qu’il ne se blesse pas ou ne soit pas en danger.

S’il peut être effrayant de laisser l’enfant se développer seul, les recherches d’Emmi Pikler insistent sur le fait que les parents ne doivent pas provoquer l’apprentissage du bébé ou le pousser à aller trop vite. Il ne faut donc pas le mettre dans une position qu’il n’a pas appris à maîtriser par lui-même, ou à le mettre trop longtemps dans une position qui entrave son développement (transat, siège auto, etc.)

Bien entendu, si l’enfant demande de l’aide, les parents ou l’adulte peuvent la lui donner, pour le remettre dans de bonnes conditions de développement. De même, en cas de risque de danger, l’adulte pourra intervenir.

 

Les limites de la motricité libre

 

Si la motricité libre est devenue un concept très plébiscité, tant par les parents que par les professionnels de la petite enfance, elle ne constitue pas un ensemble de règles absolues à suivre de manière stricte.

L’asseoir dans ses bras ou jouer de manière proactive aveclui ne va par exemple jamais entraver son développement. De même laisser unenfant sur le ventre quelques minutes par jour est recommandé pour l’aider àmuscler son cou et ses muscles dorsaux, même si cet exercice doitimpérativement être sous surveillance d’un adulte, et ne doit pas durer plus dequelques minutes.

 La motricité d’Emmi Pikler vise à offrir le meilleur environnement, sûr et encourageant, pour s’exprimer et se développer, et ne doit pas non plus faire l’objet de culpabilisation. L’évolution et le développement de l’enfant s'adaptent aux réalités et aux obligations de la vie, qui ne peuvent toujours offrir au bébé une liberté de mouvements absolue.

 Il est donc nécessaire, pour le bonheur des enfants comme des parents, d’obtenir un équilibre sain qui permet de laisser l’enfant s’exprimer et évoluer à son rythme et qui respecte vos besoins et vos obligations.

 

Vous savez maintenant tout sur la motricité libre d’Emmi Pikler. Selon l’âge de votre enfant, vous pouvez commencer à aménager votre espace de développement ou le mettre à jour pour offrir une grande liberté de mouvement à votre bébé.